Votre premier vol autonome en ULM

A destination de la mer d’Andaman et du golfe de Thaïlande, les plus beaux vols du pays du sourire

Apprenez à voler sans aucune expérience ni compétence en une semaine !
Vous pouvez réaliser ce rêve d’enfant, nous allons vous former en partant de 0, sans expérience aérienne, sans condition physique particulière et en totale sécurité.

-Vous cherchez quelque chose d’original ?
-Vous êtes curieux ? voyageur ? amoureux de la nature, de la vie sauvage ? 
-Amateur ou pro ?
-Vous aimez photographier ou filmer ? 
Grisant, sensationnel, extraordinaire, original, amusant, réalisez l’expérience de votre vie.
Vous ne pensiez pas qu’il était si simple et si rapide d’apprendre à voler.

Laissez vous partir au bout de vos rêves

Ressentez la magie du vol à faible allure et à basse altitude qui vous rapproche de vos plus grands fantasmes d’homme volant.
Côtoyez les oiseaux et partagez leur vision panoramique. 
A la cime des arbres, survolez les animaux, vous profitez d’un point de vue que vous n’auriez jamais cru accessible.
Une semaine seulement
Grâce à cette formation sous forme de stage, épargnons votre temps libre, vos précieux week end et jours de vacances. Traversons les étapes efficacement et atteignons notre objectif : mettre en pratique vos nouvelles compétences pour survoler un site de classe mondiale.
Paramoteur … Para quoi ?
Il s’agit d’un ULM (Ultra léger motorisé de 3ème classe), un parapente à moteur.
L’aéronef est simplement constitué d’un parapente qui assure la portance, il est associé à un moteur fixé à une sellette (harnais qui permet de le porter comme un sac à dos) dans laquelle on s’assied après le décollage. 
Le moteur assure la poussée nécessaire au décollage puis au maintient du palier (vol à une altitude constante) une fois dans le ciel. 
Cette merveille de simplicité a été propulsée à la télévision lors des émissions d’Ushuaïa nature proposées par Nicolas HULOT.

Le vertige est inexistant
Vous n’êtes pas relié au sol, vous ne pouvez donc pas ressentir de vertige.
L’aéronef le plus sécurisant
Le paramoteur est considéré comme l’une des formes les plus sûres de l’aviation en raison de sa faible vitesse dans l’air et de sa stabilité en vol.
La fenêtre de vol se situe pendant les périodes les plus calmes de la journée : tôt le matin et en début de soirée lorsque le vent est faible. La lumière est alors idéale pour photographier et admirer le paysage.
Cet aéronef a évolué à partir du vol libre en parapente, l’innovation et les progrès technologiques en ont fait une activité accessible au grand public. 
Des vols à une vitesse faible dans un vent calme et régulier, voilà le gage de votre sérénité.
Volez
Contemplez le monde bien au delà de la hauteur d’un homme et par dessus les sommets.
Le vent siffle dans la voile fière et parfaitement gonflée en forme de croissant au dessus de votre tête. 
Faites lui confiance, elle pourrait porter bien plus lourd que vous.
Confortablement installé dans un siège si souple que vous le sentez à peine, vous êtes assis dans le ciel. 
Regardez devant, vous ne voyez rien pas même vos mains, voici la vision d’un homme qui vole.
Appréciez cette relative lenteur, elle vous offre la possibilité de contempler le paysage paisiblement.
Notre partenaire
Notre partenaire pour cette aventure, est une école de paramoteur gérée par deux amis pilotes et instructeurs : Paul est autrichien et Mark est américain.
Elle est immatriculée auprès de toutes les autorités et assurée pour la formation de ses élèves.
Elle dispose de deux centres : l’un à Hua Hin et l’autre à Phuket, ainsi, il est possible de voler tout au long de l’année dans deux environnements totalement différents.
Grâce à des instructeurs professionnels et expérimentés, à leur pédagogie, à un cadre adéquate et à un équipement sûr, récent et adapté, nous allons vous faire voler de vos propres ailes.
Une équipe qui réunit tous les talents
Vos hôtes sont à la fois pilotes tandem, instructeurs, champions du monde, pilotes d’essais de parapentes, photographes et vidéastes pour la télévision et le cinéma. Ils mettent leurs facultés au service de la protection de notre patrimoine naturel et de la faune notamment pour le bien connu WWF.
Ils disposent des diplômes européens et américains RASAT, FAI, USPPA, ASC pour former du débutant au pilote avancé. Ils ont plus de dix ans d’expérience de vol en Asie du Sud-Est en collaboration avec des élèves, écoles, clubs et instructeurs du monde entier. La formation est assurée en français.
Le cours de météorologie est assuré par un pilote de la plus grande compagnie aérienne au monde : Emirates. Avec un véritable recul, son discours est plus approprié qu’un manuel au contenu scolaire.
Phuket Airpark
Pour votre apprentissage, le Phuket Airpark est le lieu idéal.
Il s’agit d’un aérodrome privé de 50 hectares sur la côte est de l’île, il est bordé de cocotiers, couvert d’herbes verdoyante et d’une végétation tropicale luxuriante. Quand vous décollez, vous survolez une plage et faites face à la mer d’Andaman plantée d’îlots dans toutes les directions.
Entièrement neuf, vaste, lumineux, ensoleillé, c’est le paradis du pilote en Thaïlande. Même un Airbus A 380 pourrait se poser sur cette piste gigantesque. 
Le cadre de votre formation ressemble bel et bien à des vacances exotiques en Asie.
La mer d’Andaman vue du ciel
Vous dominerez cocotiers, plages, îlots, rizières, temples, pains de sucre, couchers de soleil, rivières, bateaux, propriétés somptueuses et surtout, la fantastique baie de Phang Nga qui abrite l’île de James Bond, décor de « L’homme au pistolet d’or ». Des pitons calcaires dressés dans une eau vert pistache rappellent étrangement la fameuse baie d’Halong au Vietnam. 
Certains sommets atteignent 300 m de haut, ils sont recouverts de jungle. Un panorama unique au monde au goût d’Asie. La nature a taillé ces géants de façon grandiose, à leur pied, des grottes hérissées de stalactites et stalagmites couvrent et découvrent au fil des marées. Voici un terrain de jeu incroyable à découvrir en kayak ou en pirogue. Des villages de pêcheurs sur pilotis, des plages de carte postale, notamment celle de Phra Nang, mondialement réputée comme étant la plage parfaite.
Aucune condition physique
Le poids du moteur est en moyenne de 20 kg, l’utilisation du chariot peut vous affranchir de cette contrainte furtive. 
Mais vous passez en réalité très peu de temps au sol avec le moteur dans le dos et à la mise des gaz, vous ne sentez plus rien.
La course de décollage ne demande pas d’être un sprinter et la poussée du moteur fait le travail pour vous.
Le maniement de la voile ne demande aucune force particulière, au contraire tout doit se faire en douceur.
Décollage à pieds ou décollage en chariot ?
A pieds, vous ressentez la magie de vous envoler en courant.
En chariot, aucun effort physique n’est nécessaire, il remplace vos épaules et vos jambes.
Les brevets sont valable pour les deux et passer de l’un à l’autre ne nécessite aucun autre examen.
Vols tandem
Voler de vos propres ailes va vous subjuguer d’émotions nouvelles. Avant votre premier vol, votre instructeur vous emmènera en tandem pour découvrir ces nouvelles sensations et vous laissera prendre les commandes en main. Vous vivrez ainsi sereinement votre premier envol, loin d’un saut dans l’inconnu.
Avantages du paramoteur
Le paramoteur se distingue des autres sports aériens :
C’est le moyen de voler le plus économique tant par sa faible consommation en carburant que par l’investissement en matériel.
C’est le plus petit aéronef et le plus facile à transporter, il peut tenir dans deux sacs, pour rentrer dans le coffre d’une voiture ou dans la soute d’un avion.
Le plus facile à apprendre et à piloter, le plus sûr à pratiquer.
Les décollages et atterrissages s’effectuent sur des zones totalement plates, dégagées et sans le moindre dénivelé offrant ainsi une grande marge d’erreur très sécuritaire.
Le moteur offre autonomie, liberté, décollage sur terrain plat, basses et hautes altitudes dans une plus grande fenêtre de vol que ses confrères.
Le parapente est quant à lui une forme de portance qui implique sécurité et grande stabilité.

Un pilotage simple et un apprentissage rapide
Le pilotage est d’une facilité enfantine, tirer sur le frein droit pour aller à droite, le gauche pour aller à gauche, sur les deux pour finaliser un atterrissage en douceur. Mettre les gaz pour monter, les maintenir pour rester à la même altitude, les relâcher pour descendre. L’apprentissage dure environ 5 jours pour un début d’autonomie.
Et en cas de panne moteur ?
Quand il est piloté dans des conditions météorologiques adéquates, sa pratique ne comporte quasiment aucun risque. Vous n’avez pas à vous préoccuper d’une éventuelle panne moteur: il vous suffit de trouver un terrain d’atterrissage sûr et de vous laisser doucement descendre, porté par votre parapente. Le paramoteur est aussi sûr que vous serez prudent.
A l’issue de la formation
Un monde de liberté s’ouvre à vous. Vous seul pouvez limiter vos aventures. C’est un excellent moyen pour photographier ou filmer à basse altitude, lentement et en variant aisément le cadrage.
Mark l’utilise également comme un moyen de surveillance et de conservation des éléphants au service des parcs nationaux.
Le ciel sur un plateau 
Une exclusivité SEAL ADVENTURES
Jusqu’ici, une telle expérience était difficilement réalisable sans un certain savoir faire et une quantité d’ingrédients complexes. Nous avons pris les devant pour la mettre à votre portée sans contraintes et dans le plus grand confort.
Aujourd’hui, ce voyage, ce stage, cette aventure est une exclusivité SEAL ADVENTURES, nous vous apportons le ciel sur un plateau.
Le matériel
Kangook est la marque de paramoteur utilisée par le SEARCH PROJECTS de RED BULL. Deux des plus grands pilotes de parapente du monde arpentent la planète à la recherche de spots secrets où personne n’a volé auparavant.
Un baptême avant le départ
Avant de partir, vous pouvez prendre part à un baptême avec notre partenaire. Si par la suite vous réservez ce voyage, nous vous l’offrirons sous la forme d’une réduction.
Transports
Nous assurons les allers et retours entre votre hôtel et l’aérodrome avec un chauffeur privé.
Massages traditionnels thaïlandais
Durant votre formation, détendez vous lors d’un massage dans la plus pure tradition de ce pays qui en maîtrise les subtilités.

Pour les accompagnants
Ou en parallèle de votre formation
Le temps risque de manquer tant il y à faire et à découvrir :
- Faites votre baptême ou formez vous à la plongée sous marine avec notre instructeur.
- Prenez un cours de cuisine thaï ou de yoga.
- Profitez des soins dans les fameux spa thaïlandais, découvrez les plages, les marchés, les temples.
- Nous pouvons mettre à votre disposition un chauffeur pour la journée.
Points forts de cette aventure aérienne :
Une expérience exclusive et rarissime
Un encadrement personnalisé et en français dans le cadre féérique de la mer d’Andaman
Profitez du pays durant votre formation, elle ne vous prend que 5 h par jour en deux séances
Des standards de qualité européenne dans le cadre exotique de l’Asie
Une sécurité optimale
Un confort omniprésent
Un rythme et une ambiance de vacances
Un concept de stage qui donne accès aux joies du ciel en un temps record
Profitez de votre nouvelle compétence immédiatement sur un site de classe mondiale

Annexe 2
Fonctionnement
Deux poignées (les freins) raccordées au bord de fuite (arrière) de l’aile par des suspentes permettent le contrôle de la voile.
Le décollage
1.Après un contrôle pré-vol du parapente et du groupe propulseur, les mousquetons de la sellette sont attachés aux élévateurs de l’aile.
2.L’aile est complètement étalée sur le sol, perpendiculairement à l’axe du vent.
3.Le moteur est démarré et pré-chauffé.
4.Le pilote se met face au vent, les deux freins et la poignée des gaz dans les mains et, d’un geste ferme, tire sur les élévateurs du bord d’attaque de manière symétrique ce qui provoque la montée de l’aile et son gonflage progressif.
5.Quand l’aile est arrivée au dessus de la tête du pilote, celui-ci effectue un rapide contrôle visuel, et commence sa course en mettant les gaz au maximum.
6.Quand une vitesse suffisante est atteinte, la portance de l’aile suffit à faire décoller le pilote du sol. Le pilote maintient le cap à l’aide des freins.
7.Quand le pilote a atteint une hauteur de sécurité de 10 mètres minimum, il s’assied dans la sellette.
L’ atterrissage
1.Le pilote fait son approche de la zone d’atterrisage à une altitude suffisante (30 mètres environ) face au vent.
2.Quand il est prêt à atterrir, le pilote arrête le moteur en utilisant le bouton situé sur la poignée de gaz.
3.Le pilote maintien une direction correcte face au vent (impératif) et le maximum de vitesse (bras hauts) et descend vers le point d’atterrissage.
4.À 2 ou 3 mètres du sol, le pilote tire progressivement sur les freins pour réaliser un « arrondi » qui ralentit l’aile, diminue sa portance et lui permet de se poser avec la plus grande douceur.
5.En une ou deux secondes, les pieds du pilote touchent le sol et il lui suffit d’avancer de quelques pas pour accompagner le mouvement de l’aile (qui continue de voler et d’avancer lentement).
6.Le pilote contrôle la voile avec les freins et se retourne pour faire face à la voile puis affale l’aile en tirant fermement sur les freins.
Annexe 3
Qu’est-ce qu’un paramoteur ?
Le parapente
1.Entrée d’air des caissons sur le bord d’attaque qui permet la mise en pression de l’aile et lui donne son profil.
2.L’aile est réalisée en tissu Polyester spécial, très résistant (y compris au vieillissement).
3.Le bord de fuite est relié aux freins, qui permettent le contrôle de l’aile.
4.La voile est reliée au harnais par l’intermédiaire de suspentes, de Kevlar extrèmement résistant.
5.Les élévateurs regroupant les suspentes sont utilisés par le pilote pour gonfler la voile, lors de la phase de décollage.
La motorisation, le groupe moto propulseur
1.La cage de protection permet aux suspentes de glisser le long de celle-ci pendant la phase de décollage.
2.L’hélice transmet la puissance du moteur et génère la poussée. Les hélices sont réalisées en bois ou en stratifié (carbone).
3.Le moteur est de type deux temps, mono-cylindre, refroidi par air et d’une cylindrée généralement comprise entre 80 et 210 cm3. La puissance développée est comprise entre 14 Ch et 26 Ch selon les modèles.
4.Le réservoir peut contenir jusqu’à 16 litres de mélange deux temps et assure une autonomie de 3 à 5 heures de vol.
5.La poignée de gaz contrôle le régime du moteur et dispose de deux boutons: l’un pour le démarreur électrique, l’autre pour l’arrêt du moteur.
La sellette, le lien entre les deux
1.Les mousquetons permettent de fixer les élévateurs à la sellette.
2.Les boucles de sécurité permettent de refermer les sangles de la sellette pour maintenir le pilote assis en toute sécurité sur la planche de sellette.
3.La planchette (assise) est très confortable et permet de voler des heures sans fatigue. 
Le groupe moto-propulseur (comportant une structure rigide) est relié à la sellette.
Annexe 4
Formation initiale au paramoteur
Déroulement du stage
Il se décompose en cinq étapes :
1 Présentation de l’aile de parapente et de la sellette
Nous allons d’abord examiner l’aile, sa structure, ses capacités, ses limites et les précautions d’utilisation. 
Cela comprend les vérifications préalables au vol et celles qui suivent l’atterrissage. 
La position de l’aile et le placement du pilote lors de son maniement au sol, les techniques de gonflage et d’affalement de la voile.
Comprendre et utiliser les élévateurs et les commandes de freins. 
Savoir manœuvrer l’aile au sol est le préalable nécessaire au premier vol. 
Chacun apprend différemment, le temps nécessaire pour développer ces compétences dépend de plusieurs facteurs mais la pédagogie des instructeurs et un matériel simple adapté aux débutants facilite l’apprentissage.
2 Introduction à l’utilisation du moteur à l’aide d’un simulateur
Avec le simulateur, vous pourrez vous familiariser avec l’utilisation du moteur. Il permet d’apprendre à s’installer, à régler correctement la sellette, à y entrer puis à en sortir en ayant en main la poignée des gaz et les commandes de frein. Le premier vol de l’élève sera pratiqué avec le simulateur afin de s’assurer que le plan de vol et que tous les signaux de l’instructeur au sol sont bien compris.
3 L’usage combiné de l’aile et du moteur
Au départ, l’élève devra tout simplement marcher, courir et apprendre à équilibrer les mouvements de son corps avec le moteur dans le dos. Avec l’utilisation du chariot, cet apprentissage n’est pas nécessaire.
Cela permet de s’habituer au poids, au bruit, à la poussée et au couple du moteur à travers les différents niveaux de puissance. 
Pratiquer un bon accrochage de l’aile à la sellette de dos ou de face selon le type de décollage envisagé. 
Cela comprend le placement du corps, le contrôle des élévateurs et des freins pour un gonflage correct de l’aile avec le moteur en marche. 
Après la maîtrise de ces compétences, l’élève complètera un bref examen théorique qui permettra d’ouvrir une discussion sur toutes les éventuelles questions restées en suspens.
4 Le premier vol en solo
C’est la première étape de l’élève pilote sur le chemin de l’autonomie.
Dans des conditions météorologiques calmes, l’apprenti pilote réalisera son premier vol dans sa zone de confort sous la supervision de son instructeur qui le guidera de A à Z à la radio et éventuellement avec une assistance pour la course de décollage.
Ce premier battement d’ailes est le résultat de la compréhension corporelle et théorique du vol en paramoteur. Il est réalisé en conditions calmes afin que ce premier vol se déroule dans la zone de confort de l’élève.
5 La suite de votre formation
Suite à ce premier vol, la formation continue. 
D’abord avec les précautions d’utilisation et d’entretien du moteur, les modèles disponibles dans la région où votre pratique est envisagée.
Vous apprendrez ensuite les bases de la météorologie et de quelle façon le temps affecte nos vols : la direction et la vitesse du vent, les turbulences et leurs causes.
Vous allez commencer à comprendre les nuages et les phénomènes qui vous renseignent sur l’environnement dans lequel vous volez.
Nous retournerons voler pour développer des automatismes.